L’emploi ne suffit plus, c’est la vision du plan carrière qui révèle les talents

Businessman or student walking his fingers up wooden steps resembling a staircase mounted in rustic wooden boards in a conceptual image of personal and career development, success and aspiration.

Trouver des clients est de moins en moins compliqué, mais dénicher et fidéliser les talents qui seront à leur écoute et leur service, est devenu l’enjeu principal des entreprises à succès de demain. Cela, plus particulièrement dans le domaine de l’hôtellerie et de la restauration et, ironie de la situation, dans un pays qui annonce plus de 5 millions de chercheurs d’emplois !

La crise du recrutement est déjà là, des restaurants réduisent leur nombre de services ou de couverts servis, faute d’équipage les entreprises tournent au ralenti et, sans le savoir, leur pérennité se fragilise. Lorsque les services sont complets, on tire sur les équipes en place et les heures supplémentaires s’accumulent sans autre solution. Inévitablement, cela développe des situations de stress contenues par un redoublement des temps de reconnaissance mais jusqu’à quand ? Ce phénomène s’invite maintenant dans d’autres secteurs d’activités.

A l’origine ? L’instruction n’est plus faite par les parents, l’éducation n’est plus faite par l’école, et la formation est un détail pour l’entreprise.

Résultat, nous héritons d’une situation de 20 ans de confusion des responsabilités, où les parents demandent aux professeurs d’instruire, et si en plus ils peuvent former pour avoir des jeunes immédiatement opérationnels dans l’entreprise, c’est mieux !

Les programmes scolaires se sont ainsi perdus dans les méandres des intérêts de chacun, et les centres d’orientation sont devenus des ordinateurs qui font un profilage de 3 décennies de générations égarées dans un monde surmédiatisé, où le reflet de la réussite est caractérisé par des personnages de la télé-réalité.

[A ce stade du billet, je propose de faire une pause et de vous ventiler en prenant 3 longues respirations.]

Sur le cas précis de la restauration, par manque d’effectif, et ce n’est pas faute de chercher, le restaurateur-entrepreneur a de moins en moins confiance en l’avenir et se pose des questions sur les solutions qui lui permettraient d’harmoniser ressources humaines et service client.

Ainsi, lorsque vous êtes entrepreneur, vous expliquez à vos collaborateurs que le service au client, ce n’est pas une fonction incarnée par une ressource dédiée, mais une attitude commune à la totalité des équipes, très bien ! Mais qu’est-ce que l’on explique pour le service aux collaborateurs, si ceux-ci deviennent rare ?

En réalité, un collaborateur n’est pas rare, il est précieux.

L’entrepreneur fait face à une nouvelle situation, et ce ne sont pas les ressources humaines dans leur définition actuelle qui en sont le palliatif.

Ce département est souvent relégué dans l’esprit collectif au service de paie et du calcul des RTT, et dans la majorité des PME, c’est un comptable externe qui le gère à distance. Ce service transversal dans les entreprises doit se renouveler et mettre au cœur de ses préoccupations, la communication interne, la formation, l’idée du changement permanent pour le collectif et un plan de carrière pour la réalisation personnelle de chacun.

Problème : lorsqu’on recrute un jeune qui débute, ou qu’on accueille un nouveau collaborateur au sein de son entreprise, comment lui parler de plan de carrière ? Pour débuter ce vaste chantier, examinons ces quelques pistes de solutions qui doivent surement être complétées.

• Comment développer les compétences ?
• Pourquoi et comment, je dois communiquer sur les résultats de l’entreprise et ceux de mes talents ?
• Comment puis-je identifier un mentor dans l’entreprise capable de coacher chacune de ces nouvelles recrues ?
• Prendre des responsabilités, c’est prendre des risques, quelle liberté et autonomie, marqueur de confiance, je lui accorde ?
• Jouer en équipe : Créer de l’intelligence collective, à quel moment, comment créer des zones d’échange ?
• Ne pas se limiter à être un professionnel, mais viser le niveau expert, comment développer la culture de la quête d’excellence ?
• Continuer à préserver l’épanouissement personnel au cœur d’une entreprise qui fabrique de l’innovation, comment trouver l’équilibre ?
• Entretenir un réseau et s’informer en permanence sur son secteur, en réalité comment faire passer le message que notre seul ennemi, c’est le temps ?
• ….

Le rôle de l’entrepreneur n’est pas d’expliquer à un collaborateur qu’il pose des pierres tous les matins, mais qu’en réalité, c’est ensemble qu’ils construisent une pyramide !  Ceux qui ont une méthode de management très efficace, pourront même faire adhérer l’ensemble de l’équipage à l’idée qu’ils bâtissent quelque chose pour l’éternité.

L’entreprise à succès de demain n’est autre que celle qui projettera ses collaborateurs dans le rôle et la responsabilité de formateur de la prochaine génération. Dépoussiérer l’outil, co-écrire un plan de carrière personnalisé, se poser les bonnes questions, sont autant de jalons qui doivent structurer notre feuille de route.

Partager ce billet